Bonjour

Aujourd’hui, j’ai envie de vous raconter mon accouchement. Celui qui a vu naître ma petite Azilis et qui a eu lieu comme prévu à la maison. C’est parti.

(je vous raconterai dès que possible pourquoi nous avions fait ce choix de l’accouchement à la maison !)

Mardi 24 avril 2018

11h30, je commence à ressentir des douleurs lombaires, comme pour Ezekiel, mes contractions commencent dans le dos… Je regarde l’heure pour avoir un repère car je sais ce qui commence à se passer…

Début d’après-midi, je ressens d’autres contractions, mais tout à fait gérables. Je mets sur l’ordi ma première playlist préparée sur Deezer avec mes musiques du moment et des incontournables que j’aime depuis toujours !!! Je m’active et je continue de m’occuper d’Ezekiel qui est avec moi pour la journée. Je commence aussi à lui expliquer que le bébé est certainement prêt à sortir, ce soir ou demain. Et je lui demande de m’expliquer ce qui va se passer. Il sait qu’Hélène ma sage-femme viendra nous aider et que lui ira chez Papi et Mamie. Je lui dis donc que ce soir il ira sûrement manger chez Papi et Mamie et qu’il y passera aussi la nuit.

16h00, François rentre du travail et je lui dis que le travail est bien commencé, que tout l’après-midi j’ai eu des contractions gérables mais que je sens que ça ne s’arrêtera pas. Il va jouer avec Ezekiel et mes contractions s’intensifient un peu, au point de me faire m’arrêter mon activité à chacune. Mais je me penche sur notre bar de cuisine pour soulager la position et elles passent rapidement sans trop de douleur à chaque fois.

Vers 17h30, on appelle belle-maman pour lui dire qu’on amènera Ezekiel pour le dîner car c’est lancé. Elle se prépare à l’accueillir.

18h00, ça s’intensifie encore un peu.

18h30, on part chez les beaux-parents pour déposer Ezekiel. Je tiens à l’y accompagner pour lui ré-expliquer une dernière fois ce qui va se passer et que la transition se fasse en douceur.

On rentre à la maison et on commande des pizzas pour le dîner. Je mange la mienne en restant debout et en gérant au moins 5 ou 6 contractions le temps de la finir.

Je décide alors de prendre une douche pour tenter de soulager un peu la douleur qui s’intensifie…

Et puis je me rends dans la chambre où on a tout installé, la future chambre de bébé quand nous arrêterons le cododo…

J’installe 2 gros oreillers et aussi mon coussin d’allaitement. Je m’allonge, mais à chaque contraction, je me mets à 4 pattes et on commence à tester les points de compression dans le bas de mon dos qui sont censé avoir un effet anesthésiant. Ca fonctionne super bien. Entre les contractions, je me rallonge sur le côté (seule position où je suis à l’aise) et je me repose au maximum. On a mis la 2ème playlist que j’avais préparée sur Deezer… de la musique relaxante qui me fait un bien fou quand je suis au repos…

20h30, on décide d’appeler Hélène, notre sage-femme. François me l’a déjà suggéré plusieurs fois mais je ne voulais pas car je pensais que je n’étais pas encore assez avancée dans le travail… Trop peur de la faire venir trop tôt et que ça dure encore des heures et des heures… François commence à lui expliquer ce qui se passe depuis ce matin… A ce moment là, mes contractions sont à peu près toutes les 3 à 5 minutres mais tout à fait vivables. Et je n’ai aucune sensation de bébé qui commencerait à descendre et je cherche vraiment à ressentir ça. Hélène demande à me parler aussi. J’ai au moins 3 contractions pendant toute notre conversation et elle écoute alors comment je les vis, comment je respire… Elle nous dit qu’elle va prendre la route. Tranquillement, le temps de s’organiser avec son mari qui est à une réunion et qui doit récupérer sa fille qui est avec elle…

Avec François, on continue notre petit bonhomme de chemin à chaque contraction. Il pose ses pouces sur les 2 points de compression et ça me soulage à chaque contaction la douleur de celle-ci. Dès que je me repose, il se pose aussi, ou bien il fait des vas-et-viens dans le reste de la maison pour ranger ou s’occuper !!

22h, Hélène arrive et François l’accueille et lui explique à nouveau ce qui s’est passé depuis le début et aussi depuis son appel. Elle vient me voir et on discute tranquillement et à mon tour je lui explique, et notamment toutes mes sensations. Les contractions ont un peu ralenti depuis qu’on l’a appelée, mais par contre elles sont à chaque fois plus intenses.

Elle s’installe, sort ses affaires, son carnet dans lequel elle notera toute l’avancée du travail au fil de la soirée et de la nuit. Elle me parle, tout doucement. On continue avec François notre petit chemin ensemble. A chaque contraction, je me mets à 4 pattes sur le lit, et il vient appuyer sur le bas de mon dos. Une fois la vague passée, je me laisse presque tomber sur le côté pour me reposer. Parfois, j’ai à peine le temps d’être installée que je dois vite me relever car une nouvelle contraction arrive…

A partir de là, je perds totalement la notion de l’heure. Je sais qu’à un moment j’éteins ma musique car je ne la supporte plus. Elle ne me calme plus et au contraire m’énerve car c’est trop doux par rapport à la douleur que je ressens…

J’ai des moments de panique et de colère aussi. Je ne sens pas vraiment que les choses avancent en dehors du fait que la douleur augmente !! Je me rends juste compte que lorque Hélène écoute le coeur du bébé pendant les contractions, elle le fait de plus en plus bas sur mon ventre, ce qui signifie bien qu’il descend doucement !!! Mais tant que je n’ai pas de sensations claires dans mon bassin, j’ai l’impression que ça prendra des heures encore…

Pendant ces moments de panique, je me surprends parfois à hurler de douleur, et à me reprendre aussitôt, ou à me parler à moi-même en me disant que je sais que cette douleur est utile et nécessaire, et naturelle pour faire avancer bébé qui connaît le chemin !!! Et parfois j’arrive à me calmer seule, par la force de l’auto-persuasion. Parfois, j’ai besoin d’Hélène et de sa voix douce et de ses paroles calmes qui me recentrent et me remettent dans ma bulle instantanément !! C’est impressionnant comment elle me calme.

Je continue mes moments de calme et mes moments intenses !! J’entends François discuter à voix très basse avec Hélène. Je tente plus ou moins de leur demander de me dire où j’en suis, de m’expliquer… Mais je n’ai pas vraiment de réponse, ou bien ils me disent juste que j’y arrive très bien, que tout va bien, que ça avance… Dans ces moments de flou, j’ai l’impression que ça va durer des heures encore et que je ne tiendrai pas le coup, que j’ai eu une envie folle !! (moi et mes idées de ne rarement faire « comme tout le monde » !!!).

Mais à un moment, je sens bien que ça pousse !! La douleur de la contraction est violente, intense !! Hélène me dit justement de ne pas pousser, de laisser aller mon bébé. Il connaît le chemin et mon corps est prêt pour ça (ma tête bien moins, j’ai l’impression…). Je lutte donc un peu contre cette envie de pousser en me reconcentrant sur mes pensées. Sur cette image de vague à chaque contraction !! Je sens clairement une brulûre vive au niveau de mon sexe. C’est intense, insuportable !!! Mais en fait, c’est déjà sa tête qui est là !!! Mon bébé arrive !!! Enfin !!! Il est quelle heure ???

Sur une contraction la tête sort, puis ça se calme. Je suis toujours sur mes genoux, j’ai le corps tout endolori, je suis clairement affalée sur mes coussins, je n’ai plus de force pour me porter avec mes avant-bras !!! La tête de mon bébé est désormais posée sur le lit, le reste de son corps encore en moi… Hélène me rassure et me dit qu’à la prochaine contraction bébé sera là !! Et en effet, la contraction arrive et HOP, les épaules, le corps, les jambes, piouf, tout sort d’un coup !! Une brûlure et un vide, un soulagement, un poids lâché !! Intense !!!

Hélène s’affaire pour couvrir et essuyer un peu bébé. Le placenta est toujours à l’intérieur, elle me demande de me soulever pour me faire passer bébé en dessous de moi. Je peine à me réinstaller allongée sur le côté, mais j’y arrive avec l’aide de François. Elle me passe mon bébé tout emballé dans les langes qu’on avait préparés et lui pose un petit bonnet. Je le met directement au sein. Instinct. Et bébé se met de suite à téter !! On laisse le cordon cesser de battre de lui même afin que bébé continue de recevoir tout ce qui peut lui être encore donné !!

La succion me fait bien ressentir quelques contractions encore !! Et l’une d’elle est plus intense, Hélène me dit que c’est bon, le placenta va sortir, la délivrance est là !!! (je ne sais plus si on avait coupé le cordon à ce moment là ou pas encore…) Elle va alors dans la salle de bain le contrôler. Il est bien là, tout entier. Comme pour Ezekiel, une délivrance rapide et parfaite du placenta, c’est génial !!!

Je reste avec mon bébé tout contre moi. François est aussi à côté. On papote tranquillement avec Hélène !! Au bout de 3/4h environ, on réalise qu’on ne sait toujours pas si c’est un garçon ou une fille !!! Même Hélène n’a pas regardé, elle a juste vérifié que bébé allait bien lorsqu’il est sorti !!!

On en profite alors pour changer les langes qui l’entourent afin d’en remettre des secs et on regarde alors… C’est François qui regarde en premier, je suis trop fatiguée pour faire le moindre mouvement !! C’est une FILLE !!!! Whaouwwww!!! On aurait adoré un deuxième garçon, mais on doit aussi l’avouer, on avait une petite préférence pour une fille !!! Ne voulant que 2 enfants, avoir un garçon et une fille, c’était le rêve !!! Quelle joie !! Et mon intuition de début de grossesse était confirmée !! 😉

Finalement, Azilis est arrivée à 00h54, avec ses 3,520kgs et ses 50cm ! Un bonheur !

Hélène est repartie à 4h du matin après que j’ai pris une douche avec son aide et qu’elle avait fait tous les contrôles de routine et qu’on avait finalement habillée Azilis. François est parti se coucher dans notre chambre après avoir prévenu sa maman que bébé était né (sans dire ni le sexe, ni le prénom) et qu’ils pouvaient ramener Ezekiel après le petit déjeuner tranquillement !!! Je suis restée sur ce lit, avec ma puce qui venait de naître. Je ne sais pas trop si j’ai dormi, si elle a beaucoup tété… On est restées toutes les deux collées l’une à l’autre, comme dans une bulle, rien qu’à nous, pour prolonger encore ce moment de fusion intense !!!

Hélène est revenue ensuite chaque après-midi, pendant 4 jours, puis aussi le lundi. Pour contrôler le poids et la santé d’Azilis et aussi pour s’assurer que moi j’allais bien !!!

J’étais en pleine forme. Fatiguée comme il est normal de l’être après un accouchement !! Et vraiment ravie d’avoir vécu tout ça !

Accoucher à domicile, c’est le plus beau moment de ma vie !! C’est intense, magique, puissant !! Indescriptible !!!

Je viendrai vous raconter la première rencontre d’Ezekiel avec sa petite soeur dans un prochain article, celui-ci est déjà bien assez long !!

Merci de m’avoir lue jusque là, et n’hésitez pas à me laisser votre commentaire !! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *