Les émotions, on en parle beaucoup, on en vit tous les jours, des plus ou moins intenses, des plus ou moins agréables. Mais pour commencer, je voulais revenir sur la définition de l’émotion. Voici ce qu’on trouve dans le Larousse : « trouble subit, agitation passagère causés par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, etc / réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement ».

Dans le langage commun, on dit souvent « gérer ses émotions », et pourtant, une émotion ne se gère pas, elle se vit, on l’accompagne. C’est une chose que j’ai découverte avec ma parentalité.

Je vais développer dans cet article le pourquoi je veux me reconnecter à mes émotions, mais aussi comment je le fais et puis je vais faire le lien avec ma parentalité car c’est ce qui m’a amené à me renseigner sur ce sujet.

reconnexion-emotions-parentalite

Pourquoi je veux me reconnecter à mes émotions ?

En devenant maman, j’ai découvert le grand monde intense des émotions. Les miennes et aussi celles de mon enfant. J’ai aussi appris que je suis de la génération dont les parents ne savaient pas vraiment quoi faire de nos émotions et qu’on a souvent été obligés de les taire au lieu de les laisser s’exprimer (tout comme eux aussi dans leur enfance et quelques générations précédentes également). Ce n’est en rien la faute de nos parents. L’expression des émotions peut être très intense et ils ne savaient pas comment réagir, ils n’avaient pas les informations qu’on peut trouver désormais, et notamment avec les apports des neurosciences affectives. Mais cela a un prix désormais, c’est que nous ne sommes plus vraiment connectés à nos émotions. Alors tentons de remédier à cela !

Je veux mieux me connaître

En cherchant à me reconnecter à mes émotions, je veux ainsi mieux me connaître. Une émotion s’exprime souvent en premier lieu par un ressenti physique, si j’apprends à le décoder, je peux sentir l’émotion arriver et ainsi la vivre pleinement.

En tant qu’adulte, si elle est intense, je peux la mesurer et avoir des réactions « convenables » dans le cadre de la vie en société, mais je peux la conscientiser et faire en sorte qu’elle me traverse car elle est là pour me transmettre un message et me dire soit que quelque chose ne me convient pas (émotion désagréable telle que peur, frustration, colère, tristesse…), soit au contraire que quelque chose me convient très bien (émotion agréable : plaisir, joie…)

Se connaître soi-même et savoir à quel moment on peut ressentir telle ou telle émotion me permet de prendre de plus en plus confiance en moi et d’assumer ce que je ressens.

Cependant, c’est un travail de longue haleine. Il est très compliqué d’être vraiment connecté à ses émotions chaque instant de chaque jour. Et clairement, je sais que si je suis fatiguée, je n’y arrive encore pas du tout et je peux tout à fait exploser en un quart de seconde !

Mais l’essentiel est d’en être consciente et de continuer de travailler sur moi.

En me connectant à mes émotions, je les vis plus sereinement

Lorsque j’arrive à être connectée à mes émotions, il est beaucoup plus facile pour moi de les sentir arriver et donc de les vivre.

Je peux vivre une joie intense en en profitant pleinement pour qu’elle me remplisse vraiment le cœur de bonnes ondes. Je peux vivre une colère profonde de façon saine sans cris ou hurlements mais avec des mots choisis qui n’auront pas vocation à blesser la personne en face de moi (car clairement en général, la colère, on la décharge sur quelqu’un d’autre).

Et quand je vis vraiment mes émotions, je ne les refoule pas. Ainsi je ne risque pas qu’elles rejaillissent de façon inattendue et brutale à un moment qui n’a rien à voir avec ce qui avait pu la déclencher ! C’est ainsi plus cohérent pour mon esprit de la laisser vivre au moment où elle arrive ! Ou au moins de la conscientiser si je ne peux pas vraiment l’exprimer pleinement sur le moment !

Si je reconnais mes émotions, je peux reconnaître celles des autres et mieux les accepter

En apprenant petit à petit à reconnaître mes émotions, je suis aussi plus apte à reconnaître celles des autres, et notamment celles de mes proches (mon mari et mes enfants).

Puisque je sais que je vis moi-même des émotions qui peuvent parfois être très intenses, il est normal que les autres puissent vivre également de tels instants.

Je suis donc bien plus ouverte aux émotions des autres et je les accueille en leur permettant de les vivre pleinement.

Comment je me reconnecte à mes émotions?

Il existe plusieurs outils qui peuvent nous aider à nous reconnecter à nos émotions, je vais vous parler de ceux que j’utilise ou que je tente d’utiliser.

Le scan corporel

Cet outil, je l’ai découvert dans la formation « J’arrête de crier » de Laëtitia du blog et du compte Instagram Ensemble Naturellement.

Il s’agit de prendre un temps de pause et de passer en revue tout notre corps et nos ressentis vis-à-vis de lui. Mal de tête, tension dans les épaules, poings qui se serrent, mâchoire qui se crispe, nœud dans le ventre… sont autant de signaux qu’une émotion s’apprête à nous traverser. Si on les détecte, on peut petit à petit savoir quelle émotion y est connectée et on peut ainsi l’accueillir pleinement.

C’est un petit travail à faire régulièrement pour le maîtriser de mieux en mieux. Dans les premiers temps, cet exercice peut se faire après coup, lorsqu’une émotion nous a surpris et qu’on aimerait savoir quels signaux elle nous avait envoyés…

La communication non violente permet d’exprimer nos émotions sainement

La Communication Non Violente a été « théorisée » par Marshall Rosenberg dans son livre « Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs ».

On peut la définir comme une méthode d’expression bien cadrée qui nous permet d’exprimer nos émotions de façon saine et aussi d’accueillir les mots de nos interlocuteurs (notamment en tentant de reformuler ce qu’ils peuvent nous dire).

Lorsqu’on cherche à mieux communiquer pour s’exprimer complètement et correctement en voulant être compris entièrement, on s’oblige à bien écouter et ressentir les émotions afin de pouvoir les exprimer comme on le souhaite.

C’est une pratique qui se met en place sur le long terme et vraiment je vous encourage à lire ce livre.

Je me reconnecte à mes émotions en prenant du temps pour moi

Je sais que si je suis frustrée, fatiguée, mes émotions seront bien plus fortes et arriveront plus rapidement sans que j’ai le temps de les voir venir. Dans ces moments là, en général, ce sont surtout des émotions désagréables qui me traversent et je peux les vivre de façon violente.

Alors j’ai pu me rendre compte que lorsque je prends vraiment du temps pour moi, je suis ressourcée, reposée et plus apte à accueillir mes émotions et donc aussi celles des autres !

Une bonne douche dans le calme, un temps créatif (couture, scrap), une sortie dehors pour marcher ou courir, de la lecture… Tout cela me ressource et me permet de me reconnecter à mes émotions.

Essayez pour voir !

J’accueille les émotions de mon enfant et je vis mieux ma parentalité

Grâce à ces outils, au temps que je passe à écouter mes émotions, je vis bien mieux ma parentalité et c’est plus agréable pour tout le monde.

***SPOILER*** Ce n’est clairement pas magique et j’ai encore chaque jour des moments très compliqués avec mes enfants et leurs émotions car je ne suis pas forcément en phase avec les miennes ! Le parent parfait n’existe pas !!

Je permets à mon enfant d’apprendre à connaître ses émotions et à les exprimer sainement

Les enfants n’apprennent que par l’exemple. C’est donc à nous parents d’être exemplaires. En nous permettant d’accueillir nos propres émotions, on transmet à nos enfants cette idée que leurs émotions sont légitimes et qu’ils peuvent tout à fait les vivre.

Ensuite, on est là pour les accompagner à les vivre sereinement pour tout le monde. L’émotion est légitime, le comportement est à adapter ! A nous de leur donner petit à petit les outils pour cela.

J’empêche les émotions de rester bloquées

On le sait si on s’intéresse à ce sujet, si nos propres émotions d’enfant ont été bloquées, tues, repoussées, elles sont sûrement ressorties à d’autres moments encore moins appropriés ou bien plus tard sous d’autres formes (dépressions, burn out etc).

C’est notamment pour cela que je souhaite vraiment que mes enfants puissent vivre leurs émotions pleinement et se sentir entendus quand ils en ont besoin.

Lorsqu’ils sont petits, on se doit d’être pleinement disponibles pour les aider dans ce cheminement de la connexion à leurs émotions (et clairement, c’est parfois très compliqué pour nous), mais ça leur permettra au fil des années de savoir eux-mêmes reconnaître et exprimer leurs émotions de façon saine et entière !

La reconnexion à nos émotions est un travail de toute une vie, mais je suis persuadée que faire ce travail en vaut vraiment le coup, pour nous et pour tous les humains.

Et vous, est-ce un cheminement que vous faites déjà ? Ou bien cet article vous a-t-il donné envie d’en savoir plus sur vos émotions et d’entamer ce travail ? Je serais ravie de vous lire dans les commentaires.

Quelques ressources sur le sujet :

Aenean nec luctus Donec quis leo massa efficitur.